Newsletter Notre magasin partenaire r Le tournoi des 4eme series
X

CONNEXION

Déjà inscrit(e) ?



Mot de passe oublié ?

Si vous souhaitez vous inscrire


Créer un compte

Conformément aux dispositions de la loi dite Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données qui vous concernent recueillies via ce formulaire. Vous pouvez à tout moment exercer ces droits auprès de : TENNISADDICT-YAMS – 2 rue de la nuée bleue – 67000 Strasbourg ou de la page gestion de votre compte.

LE MAGAZINE DU MATÉRIEL DE TENNIS

CHAUSSURE

S'ABONNER

RAQUETTE

chaussures

LA NAISSANCE D'UNE CHAUSSURE DE TENNIS

TennisAddict le mag n°9 - Mars 2013 | 01 Mars 2013 à 8h00

Par florent godard

 

 

De tout l'équipement d'un joueur, sa paire de chaussures est sans doute l'objet le plus complexe. Pas moins de 150 opérations sont nécessaires pour en fabriquer une !  Pour Tennis Addict, les équipementiers décrivent pas à pas son parcours, de l'idée aux rayons des magasins.

 

JUSQU'À TROIS ANS DE CONCEPTION 

Si pour tout tennisman la raquette reste le produit phare, il oublie souvent qu'un concentré de technologies se trouve à ses pieds. Au total, six mois à trois ans de travail et pas moins de 150 opérations de fabrication sont nécessaires pour créer une seule paire de tennis. 

 

PREMIÈRE ÉTAPE : SYNTHÈSE DE BESOINS, DESIGNS ET TECHNOLOGIES

 

Premier maillon de la chaîne, le chef de produit doit définir le concept, qui intègrera trois dimensions :

- une réponse efficace aux contraintes techniques;

- un design en adéquation avec l'identité de la marque;

- l'intégration de technologies innovantes qui démontre le savoir-faire et la différenciation.

 

1.Les contraintes techniques

« Dans l'histoire du tennis, le premier besoin identifié a longtemps été la résistance, explique Guillaume Girard, le chef de produit chaussure de tennis chez Artengo. Imaginez, par exemple, la résistance à l'abrasion et à la thermo-abrasion nécessaire dans des conditions extrêmes comme en Australie,  où la température au contact du sol dépasse parfois 100° ! »  

 

S'y ajoutent des contraintes bien spécifiques à la pratique du tennis :

- la stabilité est primordiale dans un sport où une grande partie des déplacements sont latéraux;

- la tige (partie haute de la chaussure) est soumise à des déformations importantes, et doit être renforcée à des endroits bien spécifiques, comme sur l'avant-pied interne;

- l'amorti  prend tout son sens quand on sait que c'est un sport pratiqué essentiellement sur des surfaces «dures»;

- le dynamisme de la chaussure (sa capacité à favoriser la relance) doit être optimisé. C'est d'ailleurs le critère n°1 chez Babolat. « Il faut être capable d'aller le plus vite possible vers la balle, surtout après une reprise d'appui, sachant que 80% des déplacements du tennis sont latéraux ou en diagonale », explique Cécile Gindre, chef de produit chaussure de la marque française. 

- Enfin, la légèreté est le Graal poursuivi par tous les concepteurs, mais à condition de ne pas sacrifier les autres critères. 

 

2. Le design

Le design est souvent influencé par la culture «interne». Ainsi, adidas va marqueter son concept d'ultra-légèreté «adizero» de manière transversale aux différents sports-phares de la marque. Chez Asics, l'ADN du running est omniprésent dans la gamme Gel Solution : avec un poids de 305g pour un 421/2, cette chaussure destinée aux attaquants reprend les technologies du running, mais aussi ses codes : matériaux pour la tige légers et respirants, couleurs vives (rose, vert pomme),...

Le design poursuit enfin un autre objectif, plus commercial celui-là : il doit permettre, en modifiant les couleurs de quelques éléments, de donner un sentiment de nouveauté permanent. Nike lance ainsi pas moins de quatre collections par an, avec souvent plusieurs coloris par collection. Pourtant, si on y regarde de près, les modèles sont intrinsèquement les mêmes pendant 2 à 3 ans.

 

3.Les technologies innovantes

Parmi les révolutions récentes, la disparition du cuir. La tige est désormais faite d'un mélange de matériaux synthétiques (polyuréthane, mesh...), plus légers, résistants et dotés d'une meilleure respirabilité. Et surtout  plus faciles et moins chers à industrialiser ! Car le cuir, matériau vivant et donc plein d'imperfections,  nécessite l'intervention humaine d'un «coupeur» qui doit positionner les emporte-pièces autour de ces défauts. Les matériaux synthétiques permettent aussi des variations de texture et de couleurs à l'infini, qui correspondent mieux aux attentes des designers et des consommateurs. 

Citons également l'arrivée de l'EVA, un copolymère qui, couplé à une semelle d'usure en caoutchouc, constitue l'ossature des chaussures actuelles. Il confère légèreté à la couche de confort et a remplacé le Polyuréthane double densité des années 80, plus lourd et trop peu résistant à la thermo-abrasion.

 

DEUXIÈME ÉTAPE : CAHIER DES CHARGES ET PROTOTYPES

La formule concoctée sera soumise à un designer et à un modeleur, qui vont devoir transformer le briefing en réalité technique. En s'appuyant sur un élément essentiel : la forme intérieure de la chaussure. Autrement dit, tout ce qui fait que dès qu'on met le pied dedans, on est bien.  Un savoir-faire qui vaut de l'or ! Asics a plutôt choisi de construire son succès dans le tennis sur cet aspect : un confort d'accueil exceptionnel quand le consommateur met son pied dans la chaussure en magasin. 

Le cahier des charges technique réalisé, reste à conjuguer des critères pas toujours compatibles . «Ce que l'on gagne sur l'un, on le perd généralement sur l'autre » (lire la suite)

 

Retrouver l'intégralité de cette interview ainsi que les TENNISADDICT AWARDS 2013 dans le TENNISADDICT LE MAG N°9.

 

Disponible via l'abonnement annuel 2013 en version numérique et/ou papier (à partir de 5€) !

 

 

 

Par florent godard


En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt.

OK En savoir plus